Saint-Valentin sans Valentin

Non Jeannine, non ne m’interrompt pas.

Je sais, c’est la Saint-Valentin et comme chaque année, tu me demandes si je t’aime.

Je pourrais te rassurer et te dire oui comme à l’habitude, avec assurance, mais sans réelle conviction. Alors aujourd’hui, puisque tu te montres si insistante, j’ai décidé de ne plus faire mentir Cupidon.

C’est quoi aimer, Jeannine ?

Tu m’as admiré, c’est certain… du moins au temps de ma grandeur, lorsque j’étais courtisé par les puissants.

Toi-même, m’as-tu d’ailleurs jamais aimé ? 

Mais m’as-tu vraiment aimé Jeannine ?

Non, Jeannine, ne m’interrompt pas.

Je pressens ce que tu vas dire. Que je te manipule encore et que je te renvoie à ta propre question sans apporter réponse à la tienne. Tu veux tellement exister au travers de mes yeux. Puisque tu veux savoir, tu vas savoir.

J’ai pris beaucoup de recul depuis mon départ vers cette nouvelle existence. J’ai comme on dit mûri.

La Saint-Valentin est pour moi maintenant la fête de mon propre amour, la célébration de l’estime de moi-même. Par le passé, je m’aimais d’un amour narcissique ne voyant de moi que le reflet rassurant d’un personnage idéalisé. L’inéluctable jugement que j’ai subi il y a peu m’a permis de m’apprécier à ma juste valeur. En m’acceptant et en m’aimant tel que je suis, j’ai enfin atteint la maturité nécessaire à la compréhension du véritable amour.

Que j’aie été ou non l’homme de ta vie, tout compte fait, maintenant je m’en fous.

Non, Jeannine, ne m’interrompt pas et écoute-moi !

Qu’est-ce qu’aimer autrui ? C’est je pense apprécier ses qualités et s’amuser de ses défauts.

C’est surtout en son absence, ressentir une sorte de vide et se réjouir de le revoir pour ne faire alors plus qu’un. C’est vivre ensemble les moments de l’existence avec un plaisir partagé et sans jamais s’ennuyer. Vois-tu Jeannine, lorsqu’on commence à se lasser de la présence de quelqu’un, la passion souvent concupiscente des premiers temps, celle que l’on prenait pour du véritable amour devient évanescente. Elle fait place à l’abnégation ou à un amour de convenance, au pire à l’indifférence. L’ennui est le pire ennemi de l’amour.

Si nous en sommes arrivés là, c’est sans doute en grande partie de ma faute. Je comprends ton désarroi, ta tristesse et ta colère lorsque je t’ai trompé avec ton amie Marie-Claire. Mais vois-tu, je m’ennuyais car nous n’avions pas réussi ensemble à réinventer l’enchantement des premiers instants.

Non, Jeannine, ne m’interrompt pas et écoute-moi !

Je savais qu’un jour ou l’autre cela finirait comme cela. Ton caractère entier, ton incapacité à gérer tes sentiments ne pouvaient nous mener qu’à cet extrême. Tu n’aurais jamais dû saisir ce couteau. Ce n’est pas l’atroce souffrance physique que j’ai ressentie lorsque tu me poignardas douze fois, mais le fait de te voir en prison qui m’a fait le plus mal.

Le jury fut heureusement clément et bientôt tu vas recouvrer la liberté.

Non, Jeannine, ne m’interrompt pas et écoute-moi !

Bientôt tu vas poser ton stylo.

C’est notre dernière séance d’écriture automatique car sous peu il me sera impossible d’encore communiquer avec toi. Je vais moi aussi, là où je suis, recouvrer la liberté. Je me suis amendé du fond du cœur et grâce à ton pardon je quitte le purgatoire dans trois jours pour aller vers d’autres cieux inaccessibles aux mortels dont tu fais toujours partie. N’essaye pas de me rejoindre. Il est trop tôt pour toi.

Peut-être nous retrouverons-nous dans une autre vie.

Sache que, de mon vivant, tu fus la seule femme qui vraiment compta pour moi.

Jean Jacques

Ton Valentin pour toujours.